L’art comme signal d’une nouvelle éthique

Par Les quantiques.

separationJosé Man Lius (du latin : Relier) est un artiste vidéaste Transdisciplinaire  basé à Paris qui travaille sur l’hybridation et la relation à l’image en mouvement dans l’espace, pour créer des expériences perceptives et immersives. Son œuvre diversifiée adopte des formes qui décloisonnent l’Art et sa relation avec la vie.

« la superposition des mélanges culturels » de ses origines (Antillaise : Afro-Indo-Européenne), et l’influence des théories sur la “pensée métisse” de l’historien Serge Grusinsky, amènent José Man Lius à questionner le corps , le flux de l’image, le processus de métamorphose selon un protocole qui révèle une vision paradoxale.

Signaléthique : signal d’une nouvelle éthique (2003). Autoportraits (2008), Absence de maîtrise de l’homme sur son environnement (2010), Homme fontaine (2011), et Homme Bleu (2012), créent les signes d’une “mythologie contemporaine” qui prend en compte l’interaction entre art, nouvelles technologies, révolutions scientifiques, impact avec la Résonance (Nassim Haramein, Astrophysicien), et savoirs ancestraux immatériels.

Dans cette quête de sens quantique, José Man Lius met à l’épreuve la perception de la profondeur et l’extension du corps dans  des milieux avec des expériences inédites dans un contexte donné.

Intrusion (2012), plonge les regards dans la beauté toxique subaquatique  des particules plastiques qui dérivent dans l’océan.

José Man Lius invite le public à redécouvrir la réalité sous la focale de l’infiniment grand à l’infiniment petit, de la confrontation à l’espace-temps, des forces de la nature, aux nano-technologies.

Bio Vs Ogm (2013-14) questionne le monde perçu à travers notre corps et l’osmose invasive dans la nature à l’aide de la scarification et de la taxidermie. L’organisme vivant devient empreinte-dessin-sculpture, témoignage de manipulation génétique, d’uniformisation et de nouveaux modes de consommation.

La notion de création évolue peu à peu vers la prédominance du projet et le fonctionnement  d’un auteur-réalisateur-producteur de films qui tendent à s’affranchir du cadre.

José Man Lius dévoile lors du festival VIDEOFORMES 2015 le premier volet d’une œuvre immersive intitulée Lux Vox Corpore (Lumière Voix Corps). Un projet évolutif transdisciplinaire vidéo interactif — lyrique — architecturale. L’intérêt de ce projet est de proposer au public de participer à l’expérience des changements climatiques en faisant corps avec l’œuvre.

Immersion : Projection vidéo multi-pistes — espace-labyrinthe de pendrillons miroirs mobiles qui réfractent l’image en mouvement — Tragédie — Opéra lyrique — Murmure d’inconnus qui se déplacent dans l’espace — Corps en mouvement — Performance de chorégraphes. C’est également une expérience interactive inédite où le corps du spectateur devient acteur de l’œuvre.

Le contenu de l’œuvre inspiré par les «heures » de la mythologie grecque interprète de façon poétique le cycle des  saisons. Lux Voce Corpore est une œuvre  proteïforme où les procédés ne cessent de se mélanger,  de se croiser et de se compléter. Grâce à ce processus, l’artiste dénonce, l’activité humaine qui menace l’équilibre de la nature en nous emmenant vers une prise une prise de conscience autour des mutations de la société, de l’hyper-consumérisme ou bien encore de la mondialisation.

© Les quantiques, 2015 – Turbulences Vidéo #87

Lien : LUX VOCE CORPORE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s