SCREEN CLOTHES ou Vêtements écrans et préjugés

Par Lanah Shaï et Gérard Chauvin.

separationSCRENN CLOTHES est une installation vidéo qui nous interroge sur les libertés individuelles face à la mondialisation. Quelle place l’individu peut-il revendiquer face à un ordre mondial qui noie l’identité personnelle dans des stéréotypes, et qui génère en retour des réactions de conservatisme et des revendications identitaires traditionalistes.

Il est possible de constater que les pouvoirs séculaires reprennent de la vigueur, que ce soit sur le droit des femmes, des alter-sexualités discriminées, de la censure faite sur les corps, les désirs, la pensée et l’art. Les vieux démons de l’ordre moral ressurgissent face à un ordre mondial, commercial et financier, considérant l’individu comme une unité de production et de consommation sans identité propre.

Les différentes performances misent en scène dans SCREEN CLOTHES donnent la parole aux individualités. Que ce soit le poème parlant du calvaire de Sahar Gül, jeune femme Afghane torturée par sa belle famille, celui de Lanah Shaï parlant des difficultés de vivre sa nature trans-identitaire dans un monde farouchement binaire, ou les performances d’Agnes Bttfn et Gérard Chauvin invitant à s’interroger sur la censure et la place du corps dans la sphère publique en s’appuyant sur le modèle permissif de l’histoire de l’art.

Tous ces sujets font échos à l’actualité violente de notre époque, replaçant l’humain et ses libertés fondamentales face à la censure, la contrainte et la menace. La régression des droits n’est jamais loin de l’oppression des lois. De cette frontière fragile les êtres non conformes, minoritaires, dominés, peuvent craindre un bouleversement régressif comme souvent dans les périodes de crise.

Comme une foule polyglotte, les mots, les visages et les corps s’expriment en s’extirpant des « vêtements écrans » tels des êtres cherchant à faire entendre leur unicité et leur message. Cet échantillon d’humanité entremêle leurs mots qui se perdent dans un brouhaha collectif et universel. L’habit comme signe d’une appartenance, devient l’écran d’une identité plus profonde, d’une individualité qui s’exprime.

Cette installation nous interpelle sur l’urgence de repenser la place de l’individu face à des forces exogènes qui voudraient définir leur légitimité existentielle. L’être véritable, authentique et seul, face aux dictats de sociétés, de systèmes de pensées et de traditions, l’oblige à rentrer dans une résistance désespérée et solitaire pour pouvoir exister.

Les vidéos et les poésies de cette installation, suivant en ceci le chemin d’un art engagé, sont témoignage et acte de résistance face au silence imposé, à la censure, aux préjugés et aux menaces totalitaires… C’est une parcelle d’humanité en lutte qui s’exprime dans SCREEN CLOTHES, une parcelle de notre propre humanité.

© Lanah Shaï & Gérard Chauvin, 2015 – Turbulences Vidéo #87

Lien : SCREEN CLOTHES

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s